sigleparagraphe

Comité

Comité

Membres du comité d'organisation du colloque "Frontières numériques".

Hôtels à proximité du lieu du colloque

Pour votre information, nous avons séléctionné trois hôtels à proximité du centre-ville et de la gare SNCF :

Hôtel Ibis Budget Toulon Centre (2 étoiles / Centre-ville)
200 Avenue Franklin Roosevelt, 83000 Toulon
0 892 68 09 57

Hotel Ibis Styles Toulon Centre Congrès (3 étoiles / Centre-ville)         
Avenue de Besagne, 83000 Toulon
04 98 00 81 00

Grand Hôtel Dauphiné (3 étoiles / Gare SNCF)
10 rue Berthelot, 83000 Toulon
04 94 92 20 28

Conférence invitée du vendredi 2 décembre de 11H30 à 12H30

Jean-Pierre MALLE, Data Scientist et Ingénieur

« Modéliser la perception de situations complexes : le point de vue de la data science sur l'élaboration des données numériques »

Programme

Ce programme peut être sujet à des modifications mineures

Jeudi 1 décembre 2016

  • 09H00-09H30 : Café d'accueil des participants
  • 09H30-10H00 : Ouverture du colloque par les coprésidents et présentation de la thématique de l'édition 2016
  • 10H00-10H30 : Mots des coprésident(e)s du comité scientfique

10H30-12H30, Session 1 : perceptions et hybridation des frontières numériques (modérateur : Hakim Hachour)

  • 10H30-11H00 : Thierry Daunois, Gilles Boenisch, La perception dans un monde numérique : le cas 3DPrintlab, plateforme numérique sur l'impression 3D
  • 11H00-11H30 : Georges Gagneré, Cédric Plessiet, Perceptions (théâtrales) de l'augmentation Numérique
  • 11H30-12H00 : Philippe Bonfils, Jacques Ghoul Samson, World of Warcraft : entre perceptions et interactions
  • 12H00-12H30 : Olivier Nannipieri, Olivier Hugues, Philippe Fuchs, De la perception à la signification : une approche phénoménologique de la réalité augmentée et diminuée

12H30 -14H00 : déjeuner buffet

14H00-18H00, Session 2 : Perceptions et  effets des frontières numériques (modérateur : Olivier Nannipieri)

  • 14H00-14H30 : Lucie Alidières, Chrysta Pelisser, Des dispositifs numériques préventifs à l’épreuve du jeu : analyse de modalités linguistiques
  • 14H30-15H00 : Philippe Kislin, Hélène Duval, Du Vestige à l’Edifice informationnel : Application de Méthodes en Archéologie au Chercheur d'Information
  • 15H00-15H30 : Hanene Rejeb, Alexandre Abellard, Patrick Abellard, La réalité virtuelle pour une conception centrée sur les clients âgés ou handicapés :

Pause café

16H30-18H00, Session 3 : Perceptions et usages numériques (modérateur : Nasredinne Bouhaï)

  • 17H30-17H30 : Tiphaine Zetlaoui, Zineb Majdouli, Vers une proxémie numérique. Perceptions des espaces et des territoires sur Facebook
  • 17H30-18H00 : Mohamed Anouar Lahouij, La division identitaire à l’ère du numérique

20H00 : Dîner de Gala sur le port de Toulon

Vendredi 2 décembre 2016

09H00-11H30, Session 4 : Perceptions et interdisciplinarité des frontières numériques (modérateur : en cours)

  • 09H00-09H30 : Bernard Lombardo, Miguel Membrado, Hakim Hachour, Perception organisationnelle des activités collaboratives : de la quantification à la valorisation des usages numériques
  • 09H30-10H00 : Laurence Martel, Le téléphone portable, l'attachement aux parents et la prise d'autonomie à l'adolescence
  • 10H00-10H30 : Samuel Szoniecky, La perception des proverbes : cartographier les frontières sapientielles
  • 10H30-11H00 : Claire Noy, Frontières et identification des données scientifiques

11H00-11H30 : Pause café

11H30-12H30 : Conférence invitée de Jean-Pierre Malle, "Modéliser la perception de situations complexes : le point de vue de la data science sur l'élaboration des données numériques"

12H30-13H00 : Table ronde sur l'effet des frontières numériques sur les perceptions et clôture de la conférence scientifique

13H00 : Déjeuner libre

15H00 : Vues d'Artiste avec Jean-Marc Navello qui présentera une fresque perturbant les perceptions visuelles réalisée au cours de la conférence (Site web de l'artiste : http://www.navello-illustrateur.com/crbst_5.html).

Dans le cadre de la conférence "Créations géoartistiques et réalités géopolitiques en Méditerranée : Nouvelles expériences de la mobilité"

Sous la directiond de Eric Bonnet, Imad Saleh & François Soulages, Professeurs à l'Université Paris 8

Les 1 et 2 novembre 2012, Ecole ESISA, Fès (Maroc)

Organisé par : ESISA, Labex ARTS-H2H, Laboratoires Arts des images & art contemporain, EA 4010 & Paragraphe EA 349, Pôle méditerranée de l’Université Paris 8 

Programme scientifique du jeudi 1 novembre 2012

08H30 – 09H00 : ACCUEIL DES PARTICIPANTS

09H00 – 09H15 : DISCOURS D’OUVERTURE

09H00 – 09H15 : DISCOURS DE BIENVENUE

  • Dr. Khalid Mekouar, Président de l’Ecole Supérieure d'Ingénierie en Sciences Appliquées, Fès.

09H15 – 09H30 : PRÉSENTATION DU COLLOQUE

  • Eric Bonnet, Imad Saleh, François Soulages, Professeurs, et Hakim Hachour, Maître de conférences, Université Paris 8.

Session 1 : Créations géoartistiques et réalités géopolitiques en Méditerranée – Nouvelles expériences de la mobilité

9H30 -13H00

  • Heureux qui comme Ulysse, François Soulages, Professeur à l’Université Paris 8.
  • Violence et traversée des figures en Méditerranée, Eric Bonnet, Professeur à l’Université Paris 8.
  • La production des artistes issus de l’immigration marocaine à l’épreuve de la mondialisation, Mohamed Rachdi, Artiste, Directeur de la collection d’Art contemporain de la Société générale, Casablanca.
  • Détournement cartographique.  L’expérience artistique de Bouchra Khalili, Fatma Touil, doctorante, AIAC 4010, Université Paris 8
  • Artiste africain ou artiste méditerranéen ? Art africain et nouvelles identités, Ibn el Farouk, Artiste chercheur.
  • La création contemporaine en Tunisie, Sana Tamzini, Directrice du centre d’art contemporain, Tunis.
  • Discussion

13H00-14H00 : Déjeuner

Session 2 : « Frontières Numériques »

14H00-16H00

  • L’art des nuages : Art et frontières numériques, Florent Di Bartolo, Equipe Arts des images et art contemporain, Université Paris 8 & G-SICA, IREGE, Université de Savoie.
  • Spectateur augmenté, spectateur sans frontières, Jean Jacques Gay, Auteur, enseignant.
  • Geographical street museum : Approche transartistique de la sculpture en ville, Laurent Desombre, Maître de conférences, Equipe DeVisu, Université Lille Nord.

16h15-18h15

  • De l’identité adoptée aux identitées décrétées, Farid El Massioui, Professeur, Laboratoire Cognition Humaine et artificielle (CHart), Université Paris 8.
  • Entre virtualité et réalité : quelles frontières numériques ? Etude d’un dispositif immersif et interactif en 3D avec visiocasque, Evelyne Lombardo, Enseignant-chercheur, et Serge Agostinelli, Professeur, LSIS UMR CNRS 7296, Aix-Marseille Université.
  • De nouvelles frontières entre le réel et le virtuel : des espaces de création émergents, au cœur d'un art hybride proche de l'innovation, Judith Guez, Doctorante en Art Numérique, Laboratoire INREV (Image Numérique et Réalité Virtuelle), Université Paris 8.
  • A-t-on des frontières numériques entre les réseaux sociaux (RS) et les portails web documentaires (PWD) : Analyse comparative des services informationnels, Omar Larouk, Maître des conférences, ELICO, ENS SIB-Lyon, Université de Lyon.

Programme scientifique du vendredi 2 novembre 2012

Session 3 : « Frontières numérique 2 »

9H30 -13H00

  • L’impact  du Partage et l’échange des données sur la mobilité des frontières numériques.« Cas du Réseau Social Facebook », Ismail  Alaoui Lamrani, Chargé de la documentation au sein du  Laboratoire des  Sciences Cognitives
    "LASCO", Fès, Maroc.
  • Les frontières de la citoyenneté. La prise de parole comme tactique politique des migrants marocains, Azizi Asmaa, Laboratoire de rattachement : GRIPIC- CELSA Paris IV Sorbonne.
  • Cyber-exile, la frontière dans l'espace numérique au milieu d’un conflit, Sungmi Cho, Doctorante en Anthropologie, Écoles des Hautes Études en Sciences Sociales.
  • U-topic, U-rss comme eSPACE interculturel, Franck Soudan, Doctorant, et Marc Veyrat, Maître de conférences, Université de Savoie.
  • Exploration et modélisation des frontières numériques par un appareil de capture sémantique, Samuel Szoniecky, Doctorant, Laboratoire Paragraphe, Université Paris 8.
  • Numérisation des manuscrits Arabes anciens : Entre promesses et défis, Mohammed Ourabah Soualah, Doctorant, et Mohamed Hassoun, Professeur, ELICO, Université Lumière Lyon 2.
  • L’image change de cadre, Pascal Martin, Maître de conférences, Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière, La Cité du Cinéma.

13H00 – 14H30 : Déjeuner

14H30-16H30 

  • Discussion générale et préparation la prochaine conférence sur les frontières numérique

Conférenciers invités

  • Stéphane Natkin :
    • Professeur titulaire de la chaire Systèmes Multimédia au CNAM Paris.
    • Membre du conseil d'administration du CNAM.
    • Directeur de l'ENJMIN
  • Titre de la conférence invitée : Interagir pour Lire et Jouer

Françoise Bernard ne pourra pas faire sa communication à l'occasion de ce colloque, nous espérons pouvoir, soit fournir une version texte de la communication, soit organisé dès que possible un séminaire. Veuillez nous excuser du dérangement. Titre :Questionner les pratiques numériques : l'apport des notions d'engagement, d'institutionnalisation et d'imaginaire

  • Compte tenu de circonstances extraordinaires, les conférences invitées seront précisées dès que la confirmation définitive de la présence des chercheurs sera faite.
  • Plusieurs interventions complémentaires sont prévues pour compenser les absences éventuelles.

Programme préliminaire

Mardi 18 novembre 2014 : matin

08h30 : Accueil des participants – Café

9h00-9h30 : Ouverture du colloque par les partenaires

Hakim HACHOUR (Paragraphe, Paris VIII, France),
Nasreddine BOUHAI (Paragraphe, Paris VIII, France),
Imad SALEH (Paragraphe, Paris VIII, France),
François SOULAGES (Paris VIII, France),
Khaled MEKOUAR (ESISA Fès, Maroc)

Session 1 : Traces et traçabilité numérique

  • Thierry DAUNOIS (Université de Lorraine) :
    • Une « archéologie du web » pour franchir de nouvelles frontières numériques ?
  • Yves MINEUR (Université Lille Nord de France) :
    • Aux frontieres du design numerique : Du rationalisme à l’imaginaire

Pause café

Session 2 : Arts et frontières numériques

  • Laure BOLKA-TABARY, Marie DESPRES-LONNET, Florence THIAULT (Laboratoire GERiiCO, Université de Lille Nord de France) :
    • Webdocumentaire et porosité des frontières socio-culturelles. Le cas du projet « Horizons »
  • Sophie DASTE (TEAMeD, Université Paris VIII) :
    • Projet He was Here! du collectif We found Him : Expérimentation artistique entre digital street art et Alternative Reality Game (ARG)
  • Georges GAGNERÉ (EA1573, Université Paris VIII) :
    • Traversées des frontières

Déjeuner

Mardi 18 novembre 2014 : après-midi

Session 3 : Réalité et virtualité des frontières

  • Christophe DURET (Université de Sherbrooke, Canada) :
    • Le double processus de matérialisation et de dématérialisation dans les jeux de rôle participatifs en environnement virtuel : cadres de l’expérience vidéoludique, herméneutique et transtextualit
  • Olivier NANNIPIERI (I3M, Université de Toulon & Université de Nice), Isabelle MURATORE (CRETLOG, Université de la Méditerranée), Daniel MESTRE, Jean-Claude LEPECQ (CRVM, Université de la Méditerranée) :
    • La présence dans la réalité virtuelle : quand la frontière se fait passage
  • Sylvain PAYEN (Tag Lab, Concordia University, Montreal) :
    • Par-delà les règles, l'interface et l'espace ludique comme modulateurs de l'attitude d'interaction et des stratégies de jeu
  • Stéphane VIAL (Institut ACTE UMR 8218, groupe PROJEKT, Université de Nîmes) :
    • La fin des frontières numériques : vers le monisme numérique

Pause café

Session 4 : Dynamique des réseaux sociaux numériques / Open data

  • Franck DEBOS (Université Nice Sophia Antipolis) :
    • OPEN DATA, quel impact sur les frontières numériques des entreprises ? Une illustration par le projet OPENRJ
  • Mohamed Amine EL MAHFOUDI (Université Nice Sofia Antipolis), Awatif HAYAR (Université Hassan II), Serge MIRANDA (Université Nice Sofia Antipolis) :
    • Vers une approche numérique de renforcement de la relation Etat-Citoyen et la démocratie dans le monde arabe : le cas du Maroc
  • Sylvestre KOUAKOU KOUASSI (Université Libre de Bruxelles 3) :
    • Les determinants de l’adoption des reseaux sociaux numeriques en situation professionnelle : etude empirique au sein des bibliotheques des universites ivoirienne

Mercredi 19 novembre 2014 : Matin

Session 5 : Epistemologie des humanités numériques

  • Marie OUVRARD-SERVANTON, Lucile SALESSES (Aix-Marseille Université), Hammad SQALLI (CESEM / HEM Rabat) :
    • Repenser les frontières dans l'espace numérique
  • Solenn TENIER (Université de Strasbourg) :
    • Désintermédiation et médiation identitaire : Le numérique est-il responsable du déclin des institutions culturelles ?

Pause café

Session 6 : Frontières et perméabilité des espaces numériques

  • Caroline ANGÉ (GRESEC, université Stendhal – Grenoble 3), Oriane DESEILLIGNY (GRIPIC, université Paris 13) :
    • Formes textuelles et frontières : métamorphoses et débordements
  • Claude BALTZ (Université de Paris8) :
    • Réel/information/numérique : des visas pour une double frontière ?

Clôture du colloque « Frontières Numériques 2014 »

Hakim HACHOUR (Paragraphe, Paris VIII, France),
Nasreddine BOUHAI (Paragraphe, Paris VIII, France),
Imad SALEH (Paragraphe, Paris VIII, France),
François SOULAGES (Paris VIII, France),
Khaled MEKOUAR (ESISA Fès, Maroc)

11h30 - 12h30 Conférence invitée (en commun avec CIDE17)

  • Stéphane NATKIN (CNAM) :
    • Interagir pour Lire et Jouer

Déjeuner

Le colloque se tiendra le 1 décembre 2016 de 9H à 18H et le 2 décembre 2016 de 9H à 12H30 à l'Université de Toulon (pôle Ingémédia) en centre ville. 

La date limite d’inscription a été repoussée au 15 novembre 2016. Merci de télécharger, renseigner et nous retourner le formulaire d'inscription (lien ci-dessous).

 

Les frais d'inscription sont fixés à 130 Euros pour les enseignants-chercheurs titulaires et les professionnels et de 50 Euros pour les étudiants.

Ces frais vous donnent droit à un sac en toile contenant le résumé des communications, de la documentation sur le colloque et les organisateurs de la conférence, une clé USB contenant de la documentation numérique sur les éditions du colloque, un calepin, un stylo ainsi que l'accès aux pauses cafés et au déjeuner du jeudi 1 décembre ainsi qu'au cocktail dinatoire du même jour. 

L'audition libre des conférences est gratuite.

Le colloque se déroule au Pôle Ingémédia de l'Université de Toulon en centre ville.

UFR Ingémédia Université de Toulon
70 Avenue Roger Devoucoux, 83000 Toulon
 

Co-présidents du colloque

Hakim HACHOUR, Université Paris 8

Nasreddine BOUHAÏ, Université Paris 8

Olivier NANNIPIERI, Université de Toulon

Co-présidents du comité scientifique

Françoise BERNARD, Université Aix Marseille, France

Michel DURAMPART, Université de Toulon, France

Khaled MEKOUAR, ESISA Fès, Maroc

François SOULAGES, Université Paris 8, France

Imad SALEH, Université Paris 8, France

Comité scientifique

Françoise ALBERTINI, Université de Corse (France)
Ghislaine AZEMARD, Université Paris 8 (France)
Mokhta BEN HENDA, Université Bordeaux 3 (France)
Françoise BERNARD, Université Aix Marseille (France)
Philippe BONFILS, Université de Toulon (France)
Eric BONNET, Université Paris 8 (France)
Denis BRIAND, Université Rennes 2 (France)
Alain CAPO CHICHI, Université Abomey Calavi/Institut Cerco (Bénin)
Miquel Àngel COMAS, Universitat Internacional de Catalunya (Espagne)
Stéphane CHAUDIRON, Université de Lilles 3 (France)
Abderrezak DOURARI, Université Alger 2 (Algérie)
Michel DURAMPART, Université de Toulon (France)
Laurence FAVIER, Université de Lille 3 (France)
Gabriel GALLEZOT, Université Nice Sophia Antipolis (France)
Samuel GANTIER, Université Valenciennes (France)
Pierre GEDEON, Notre Dame University (Liban)
Fanny GEORGES, Université Paris 3 (France)
Mohamed HASSOUN, ENSSIB (France)
Fidelia IBEKWE- SANJUAN, Université Aix Marseille (France)
Madjid IHADJADENE, Université Paris 8 (France)
Brigitte JUANALS, Université Aix Marseille (France)
Claudia KOZAK, Université de Buenos Aires/CONICET (Argentine)
Patricia LAUDATI, Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis (France)
Mariannig LE BÉCHEC, Université de Poitiers (France)
Sylvie LELEU MERVIEL, Université de Valenciennes (France)
Claude LISHOU, Université Cheik Anta Diop, Dakar (Sénégal)
Pascal MARTIN, Ecole nationale supérieure Louis-Lumière (France)
Khaled MEKOUAR, ESISA, Fès (Maroc)
Vincent MEYER, Université Nice Sophia Antipolis – Université de Toulon (France)
Abderrazek MKADMI, Université de Manouba (Tunisie)
Joseph MOUARZEL, Université Antonine, Beyrouth (Liban)
Claire NOY, Université Paul Valéry, Montpellier 3 (France)
Jean-Max NOYER, Université de Toulon (France)
Marcel O'GORMAN, University of Waterloo (Canada)
Pierre QUETTIER, Université Paris 8 (France)
Gilles ROUET, Institut Français (Bulgarie)
Franck RENUCCI, Université de Toulon (France)
Imad SALEH, Université Paris 8, France
Valérie SCHAFER, Institut des sciences de la communication du CNRS (France)
Sahbi SIDHOM, Université de Lorraine (France)
Mohammed SIDIR, Université d'Amiens (France)
Brigitte SIMONNOT, Université de Lorraine (France)
Ion SMEUREANU, The Bucharest University of Economic Studies (Romania)
François SOULAGES, Université Paris 8, France
Richard SPITERI, Département de français, Université de Malte (Malte)
Samuel SZONIECKY, Université Paris 8 (France)
Antonio Carlos XAVIER, Universidade Federal de Pernambuco (Brésil)
Med Mohsen ZERAI, Institut Supérieur des Arts et Métiers de Gabès (Tunisie)
Khaldoun ZREIK, Université Paris 8 (France)

Comité d'organisation

Safia Abouad, Coordination technique et administrative, Université Paris 8

Noureddine Aissaoui, Doctorant Université de Toulon
Billel Aroufoune, Doctorant Université de Toulon
Jacques Ghoul-Samson, Doctorant Université de Toulon
Safa Khezami, Doctorante Université de Toulon

Au-delà du thème spécifique concernant les "perceptions", l'appel à contribution de l'édition 2016 du colloque "Frontières numériques" porte aussi sur des thèmes fondamentaux.

Les thèmes fondamentaux abordés, maintenant organiques et constitutifs du programme de recherche, concernent :

  • le cyberespace et la virtualisation des échanges et des objets, qu’ils soient politiques commerciaux, culturels, éphémères ou non,
  • les nouvelles possibilités de reconfiguration sociale et identitaire,
  • la décentralisation et la distribution des informations, des pratiques et des ressources numérisées/numériques,
  • l’impact du numérique sur les modes de représentation de soi, des autres et du monde,  ainsi que leurs hybridations,
  • l’épistémologie des humanités numériques,
  • les frontières invisibles d’internet et le web profond (deep web),
  • réalité et virtualité des frontières,
  • les identités numériques,
  • traces et traçabilité numériques,
  • arts et frontières numériques,
  • expérience utilisateur et design UX.

Ces thèmes peuvent être abordés selon trois approches scientifiques :

  1. Par les usages et médiations numériques qui transforment ou supportent les frontières classiques de la communication, entre individus, entre les individus et leurs environnement, entre les organisations (réseaux, groupes, institutions, Etats, …), public et privé, récréatives et professionnelles, …
  2. Par les effets du numérique sur les représentations qui mènent à repenser ou transformer les concepts, les définitions et les catégories de frontières conventionnelles des espaces, de l’art, de l’identité, de la connaissance, du droit, de la sécurité, des organisations…
  3. Par les méthodes de conception des technologies numériques qui transforment les frontières habituelles, particulièrement celles qui innovent dans la collecte, l’exploitation, et le traitement des données produites et dispersées sur le web (ex., gestion des données dans  « les nuages », l’internet des objets, la biotechnologie, …).   

Argument du thème spécifique « Perceptions »

Les théories de la perception s’appuient sur des axiomes variés. En qualité de chercheurs en SIC mais sans privilégier l’approche, nous retenons en premier lieu les socio-sémiotiques qui veulent expliquer le processus de réception d’un signal et de production/identification de signes qui, contextualisés, (veulent produire) produisent un sens pour l’action opérationnelle ou de pensée. Quel que soit le degré de clarté de ce processus interprétatif, qu’il soit voulu ou automatique comme le dirait Bergson, n’exempte pas le chercheur d’appréhender la complexité irréductible de la perception située ou témoignée des phénomènes perceptibles.

Il ne s’agit pas ici de valider des approches académiques de la perception naturelle et artificielle mais plutôt de rendre compte de l’intérêt du comité scientifique à évaluer et promouvoir des travaux de recherche qui impliquent une réflexion orientée vers les modes d’intégration des technologies numériques dans les processus perceptifs. Au-delà du critère que nous voulons non contraignant des sciences de l’information et de la communication, l’objectif est de faire émerger des problématiques innovantes concernant les « modes de construction de sens », littéralement.

Ainsi, nous nous intéresserons à trois formes de perceptions en relations aux technologies numériques :

  • La perception individuelle ou comment le numérique permet de personnaliser, d’étendre, de restreindre, de préciser, de discriminer, d’ouvrir, de combiner, d’arranger, d’évaluer, de juger, ..., les percepts sensoriels communs.
  • La perception collective ou comment le numérique influence l’interprétation commune et partagée d’un objet, d’un phénomène ou d’un événement de par les filtres qu’il produit sur la représentation collective, particulièrement au niveau de ses modalités communicationnelles (média, multimédia, hypermédia).
  • La perception spatiotemporelle ou comment le numérique impacte aussi bien la perception individuelle que collective en transformant les linéarités intrinsèques des phénomènes, en les combinant, les agençant, les déconstruisant, les synthétisant, les refondant, ...  

Ces formes de perceptions correspondraient alors à trois domaines d’applications :

  • Technologies numériques et nouveaux « regards »

Transformations de l’interprétation, de la compréhension, de la conceptualisation, des méthodes d’identification et de reconnaissance (techniques, sociales ou culturelles), visualisation de données, système d’aide à la décision et à l’interprétation, modélisation numérique (2D/3D/xD), objets tangibles, applications ludo-éducatives, etc.

  • Technologies numériques et nouvelles sensations

Transformations des capacités sensitives des humains et de machines via le numérique, appauvrissement/amélioration des sens, prothèses numériques, objets connectés et communicants, handicap et technologies numériques, communication virtuelle, etc.  

  • Les projections numériques des humains et des organisations

Nouvelles médiation numériques, traces et traçabilité numériques,  stratégie numérique des organisations, médias sociaux, données massives (Big Data), données ouvertes (Open Data), prospective technologique, déploiement de technologies,  etc.

A nouveaux les trois approches peuvent être exhibées : celle orientée conception et ingénierie des technologies numériques de la perception, celle orientée usage, appropriation et utilisabilité de ces technologies, celle orientée analyse des transformations organisationnelles que ces technologies produisent ou requièrent.

Mots-clés de l'édition 2014 basé sur une analyse sémantique des actes de la conférence

  • Plus le terme est bleu et gros (en opposition à rouge et petit), plus c'est un thème central de la conférence... pour dire cela simplement.

molecule frontnum 2014 basic1 1

3e édition du colloque international "Frontières Numériques" - Perceptions

1 et 2 décembre 2016, Université de Toulon

Consulter le programme de la conférence

logospartenairesopt

 

IED Logo

Calendrier

03 octobre 2016 :

Réponses aux auteurs et recommandations

10 novembre 2016 :

Réception des articles/proposition corrigés

15 novembre 2016 :

Date limite d'inscription

1 et 2 décembre 2016 :

Colloque

Principe de l'événement scientifique

Le comité scientifique a sélectionné un nombre limité de proposition pour satisfaire un événement collaboratif et participatif sans session parallèle qui se tiendra sur 2 jours. 

Publication

Les articles retenus et présentés au colloque feront l’objet d’une seconde évaluation afin d’étendre chaque article en un chapitre d’ouvrage qui sera publié chez un éditeur scientifique.

Suite aux débats de la conférence, vous aurez l'opportunité d’enrichir votre proposition en un « chapitre d’ouvrage » afin de publication chez un éditeur (20 000 à 30 000 signes pour une fabrication au courant du premier semestre 2017). Cette version bénéficiera également de suggestions des membres du comité scientifique.

Inscription

Le colloque se tiendra le 1 décembre 2016 de 9H à 18H et le 2 décembre 2016 de 9H à 12H30 à l'Université de Toulon (pôle Ingémédia) en centre ville. 

Un formulaire en téléchargement est à disposition sur la page d'inscription (lien direct ici) et la date limite d’inscription a été repoussée au 15 novembre 2016.

Les frais d'inscription sont fixés à 130 Euros pour les enseignants-chercheurs titulaires et les professionnels et de 50 Euros pour les étudiants.

Ces frais vous donnent droit à un sac en toile contenant le résumé des communications, de la documentation sur le colloque et les organisateurs de la conférence, une clé USB contenant de la documentation numérique sur les éditions du colloque, un calepin, un stylo ainsi que l'accès aux pauses cafés et au déjeuner du jeudi 1 décembre ainsi qu'au cocktail dinatoire du même jour. 

L'audition libre des conférences est gratuite.

Colloque organisé par

Introduction

fronnum1Depuis 2011, dans la continuité d’initiatives de recherche sur le thème des Frontières  tenues au sein de laboratoires en sciences humaines et sociales et technologies numériques, cet événement veut permettre la rencontre de chercheurs d’horizons disciplinaires différents avec l’objectif de produire un corpus de connaissances et d’analyses de pratiques sur l’interaction entre sociétés et technologies numériques.

Initialement le fruit de la collaboration entre le laboratoire Paragraphe et l’équipe Art des Images et Art Contemporain (AIAC) de l’Université Paris 8, conjoignant l’Ecole d’ingénieurs ESISA (Fès, Maroc), ces réflexions rejoignent de nombreux axes de développement des recherches en sciences de l’information et de la communication telles que le démontrent les colloques de la SFSIC de ces dernières années. Pour cette raison, d’autres équipes de recherches en Sciences de l’information et de la communication travaillant sur le thème ont rejoint le programme.
L’association des termes « Frontière » et « Numérique » n’est évidemment pas anodine (au-delà de l’interprétation sage que l’acronyme requiert). D’une part, la notion de frontière est heuristique et métaphorique (barrière, passage, interface, limite, confins, transition, changement, etc.), d’autre part, il s’agit de dénoter l’intention d’intégrer des réflexions sur les potentialités du numérique et de ses champs  d’application qui conquièrent de nouveaux territoires de la connaissance de manière exponentielle.
Il s’avère que depuis la deuxième édition du colloque « Frontières Numériques » tenue en 2014 à Fès au Maroc, les débats publics et d’experts se multiplient sur l’essence même du thème et plus particulièrement sur le rôle des frontières dans les activités humaines – nous dirons maintenant les humanités – , du fait de l’évolution des flux migratoires, du fait de la globalisation des échanges, du fait de la configuration nouvelle des relations (aussi bien locales qu’internationales), du fait du communautarisme, …

Le point commun identifié est celui des moyens employés pour réaliser ces transformations sociales, politiques et économiques : les technologies numériques. Cela ouvre une brèche épistémologique par laquelle l’hybridation des sciences humaines et de l’ingénierie des technologies prend forme. En effet, les débats susmentionnés (chacun les identifiera à l’aide d’une simple requête sur un moteur de recherche internet au vue leur notoriété)  fondent légitimement leurs questions (le pourquoi) sur des dimensions purement socio-anthropologique, culturelles, économiques, ingénieriques : « il existe une frontière entre X et Y parce que Z et cela s’explique selon P dans le système contraintes C …». La réflexion promue ici n’est pas de cet ordre, elle se veut ancrée dans des réalités multiples (Berger & Luckmann ; Schütz) qui veut laisser difracter des modèles de compréhension originaux en mettant en lumière la question du « comment » : comment les proto-frontières émergent ? Lesquelles disparaissent ? Lesquelles se négocient ? Quels sont les « théâtres » d’opérations ou de conquêtes de sens que le numérique propose, suggère, permet, réfléchie, supporte, incarne, expose, régule…

L’hypothèse d’un impact radical du numérique sur l’ensemble des sociétés qui y ont accès est posée sans angélisme ni préjugé.

fronumsavoir

fronumartOn pourra lire entre ces lignes une inspiration phénoménologique et cognitive qui, sans être requise, a le mérite de porter son attention non sur des spéculations mais sur l’étude des constructions signifiantes participant à la réorganisation du monde et des activités humaines (professionnelles ou récréatives) qui l’animent. La problématique des « frontières numériques » conjoint alors réalités artistiques, sociales, culturelles, géopolitiques, etc. La première édition  de l’ouvrage « Les frontières numériques » (sous la direction de Saleh I, Bouhaï N & Hachour H., L’Harmattan, 2014) a permis de démontrer la cohérence de la démarche interdisciplinaire et multi-objets proposée, celle-ci a été confirmée au cours de la dernière édition du colloque qui a donné lieu à deux publications scientifiques :

 

Chacun de ses ouvrages est le fruit d’une refonte des articles présentés au cours de l’édition 2014.